Le moteur à essence à 4 temps


Moteur à explosion - Internal combustion-engine
1 Circulation d'eau.
    Water circulation..
2 Ressort de soupape.
    Valve spring..
3 Culbuteur.
    Rocker, rocker arm..
4 Soupape.
    Valve..
5 Tige de culbuteur.
    Push rod..
6 Culasse.
    Cylinder head..
7 Démarreur.
    Starter..
8 Collecteur d'échappement.
    Exhaust manifold..
9 Carburateur.
    Carburettor..
10 Pompe à eau.
      Water pump..
11 Piston.
      Piston..
12 Bielle.
      Connecting rod..
13 Vilebrequin.
      Crankshaft..
14 Ventilateur.
      Fan..
Le classique 4/6 cylindres en ligne, arbre à cames latéral, distribution par soupapes en tête, tiges poussoirs et culbuteurs.
Le schéma le plus couramment employé durant la seconde partie du 20e siècle.

Cette petite présentation schématique d'un moteur à essence traditionnel (allumage commandé) alimenté par carburateur est destinée à faciliter la compréhension du fonctionnement d'un 4 temps à essence, notez que le fonctionnement au kérosène (pétrole) couramment employé pour l'alimentation des moteurs de tracteurs anciens est identique excepté un réchauffeur de pétrole, associé au carburateur, (démarrage à l'essence) et une culasse spéciale destinée à réduire le taux de compression.
Il est aussi fort intéressant de noter que le Diesel (auto-allumage) hormis son système d'alimentation (injection) et son taux de compression nettement plus élevé ainsi que nos moteurs hyper modernes (pilotés électroniquement) appliquent toujours le même principe et que sur 2 tours, soit 4 courses de piston (temps), une seule est motrice (détente), la régularité étant assurée par l'inertie du volant moteur.


Quelques pièces d'un classique moteur à essence :

Le carburateur :

Le collecteur d'échappement :

Le piston :

La soupape :

La bielle :

La batterie :

La bobine haute tension :

La bougie :



Les 4 phases ou "temps"

  • 1er temps : Le piston descend, la soupape d'admission est ouverte, le cylindre se remplit de mélange air/essence.
  • 2er temps : Le piston remonte, les 2 soupapes sont fermées, le mélange se comprime.
  • 3er temps : Le piston arrive au P.M.H (point mort haut) entre les électrodes de la bougie éclate l'étincelle qui enflamme pratiquement instantanément le mélange comprimé, il s'ensuit une violente montée en pression qui repousse le piston vers le bas, c'est le temps "moteur".
  • 4er temps : Le piston remonte, la soupape d'échappement s'ouvre permettant ainsi l'évacuation vers l'échappement des gaz brûlés.